Quitter la France, une tentation persistante pour les millionnaires français

Partagez

4 Français fortunés sur 10 ont l'intention de s'expatrier au cours de la prochaine décennie. Ils sont cependant moins globe-trotters que leurs homologues européens d'après un récent sondage.

Expatriation, tentante pour les plus riches

 

Un quart des millionnaires français se sont expatriés au cours de la dernière décennie. Et une proportion plus importante encore (40%) a l'intention de quitter la France dans les dix prochaines années selon un sondage mené par la société d'études Scorpio Partnership auprès de 500 individus fortunés européens, pour le compte du groupe NPG Wealth Management, spécialisé dans l'assurance vie luxembourgeoise. Parmi eux, 98 Français disposant d'un patrimoine de 3,5 millions d'euros.

L'expatriation a plus la cote chez les moins de 35 ans

Cette mobilité internationale est plus prégnante encore au sein de la génération Y : 58% des Français fortunés (ou « HNW », pour high-net-worth) âgés moins de 35 ans déclarent être susceptibles de partir dans un autre pays d'ici dix ans. L'enquête ne dit cependant rien sur les motivations - fiscales, professionnelles, socio-économiques ou politiques - qui les poussent à vouloir quitter la France.

Autre enseignement de l'étude, NPG Wealth Management a pu constater que les personnes qui ont déménagé à l'étranger au cours des dix dernières années gagnent davantage que ceux qui sont restés dans l'Hexagone : ils déclarent en moyenne des revenus supérieurs de 170.000 euros à ceux des Français qui ne se sont pas expatriés (cet écart étant de 140.000 euros pour l'ensemble des 500 sondés). Mais cette prospérité apparente n'a pas été obtenue sans sacrifice. Ils passent en moyenne plus de 70 heures par semaine au travail, soit le double de la durée légale de travail hebdomadaire en France.

Mobilité plus importante dans les autres pays

Pour autant, le penchant pour l'expatriation est moins marqué parmi les Français aisés que chez leurs homologues ressortissants de sept autres pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Finlande, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Suède). En moyenne, 41% des sondés européens indiquent avoir changé de pays durant les dix dernières années et 53% prévoient d'en faire autant dans les dix années à venir. Des proportions qui grimpent respectivement à 48 et 64% pour les moins de 35 ans, qui constituent le contingent de millionnaires européens le plus mobile.

ISF : poussée des déclarations depuis l'étranger en 2015

Vivre hors de France et payer l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) est une situation de plus en plus fréquente. Le nombre de contribuables ayant déposé une déclaration d'ISF en tant que non-résident fiscal a grimpé de 9% entre 2014 et 2015 selon les calculs de Toutsurmesfinances.com, à partir de données compilées auprès de la Direction générale des finances publiques (DGFiP). A titre de comparaison, le nombre d'inscriptions au registre des Français de l'étranger a progressé de 2% dans le même intervalle.

On dénombrait ainsi 7.747 déclarations d'ISF de non-résidents en 2015, contre 7.095 en 2014. Près des deux tiers (65%, soit 5.047 au total) ont déclaré un patrimoine imposable supérieur à 2,57 millions d'euros. Toutefois, ce sont les déclarations comprises entre 1,3 million d'euros (seuil d'imposition à l'ISF) et 2,57 millions d'euros qui ont le plus augmenté d'une année sur l'autre, avec une hausse de 11% en 2015 par rapport à 2014.

 

articles les plus lus

1. ISF : le programme de François Fillon pour 2017
2. ISF : ISF PME, plafonnement, ce qui change au 1er janvier 2017

Réseaux Sociaux