ISF : un think tank pro-entreprises recommande sa suppression

Partagez

isf, budget, 2014, fondation, concorde

La Fondation Concorde, think tank regroupant universitaires et entrepreneurs, suggère de supprimer l'impôt de solidarité sur la fortune. La mesure prend place dans un contre-budget 2014 destiné à relancer la croissance et la création d'emplois.

« Insupportable », « dommageable », dévastateur », « impardonnable »... Dans un projet de loi de finances 2014 « de rupture », alternatif à celui, officiel, que le gouvernement s'apprête à présenter le mercredi 25 septembre 2013, la Fondation Concorde ne manque pas d'adjectifs pour qualifier le maintien de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en France.

 

Remplacement partiel par une taxe sur l'immobilier de prestige

L'ISF a été réformé au 1er janvier 2013 par le gouvernement Ayrault pour supprimer les allègements votés à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Ce groupe de pensée pro-entreprises milite au contraire pour l'abrogation de l'ISF et son remplacement par une « taxe annuelle exceptionnelle sur les patrimoines fonciers importants, ciblés géographiquement » à laquelle seuls seraient soumis les biens immobiliers d'exception. Une mesure qui coûterait à court terme 3 milliards d'euros au Budget de l'Etat malgré le produit de la nouvelle taxe, estimé à 2 milliards d'euros, qui ne compenserait pas totalement la disparition de l'ISF.

 

« Avec la suppression de l'ISF, nous sommes au cœur d'un débat franco-français dévastateur auquel nous devons mettre fin en ce début de siècle, [...] Il est insupportable en effet de voir nos proches voisins se réjouir de l'afflux de nos hommes d'affaires, de nos jeunes entrepreneurs, de nos entreprises et de nos familles. »

 

L'ISF n'existe « même pas dans des pays communistes »

Pour la fondation, l'existence-même de l'ISF constitue « un signal d'intolérance qu'on ne retrouve même pas dans des pays communistes » et une manifestation « d'une certaine incompétence de nos élites ». L'ISF figurerait ainsi parmi les principales mesures fiscales « qui ont cassé la croissance et fait reculer l'emploi ». Le groupe de pensée chiffre à « plus d'un million » le nombre d'emplois qui auraient ainsi été perdus depuis 20 ans à cause de l'exil fiscal et de l'expatriation d'entrepreneurs.

 

Pour les experts de la Fondation Concorde, supprimer l'ISF « ne suffira pas à faire revenir nos expatriés » mais aurait le mérite de « de stopper cette hémorragie qui nous affaiblit mois après mois » et de redonner « espoir aux entrepreneurs et aux créateurs d'entreprises ».

 

A lire sur le même thème

- ISF : Pierre Gattaz veut une suppression de cet impôt « dogmatique »

 

articles les plus lus

RÉFORME MACRON DE L'ISF

Réseaux Sociaux