ISF : Pierre Gattaz veut une suppression de cet impôt « dogmatique »

Partagez

isf, gattaz, uemedef13

Pierre Gattaz, président du Medef, a demandé au gouvernement de supprimer l'ISF lors de l'ouverture de l'université d'été de l'organisation patronale. Un appel qui va à l'encontre des orientations récentes du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.


Au cours d'une charge sur le poids de la fiscalité en France, Pierre Gattaz a appelé le gouvernement à supprimer l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). « Pour la sérénité fiscale, enclenchons une baisse des impôts tous les ans en nombre et en volume et en valeur. En même temps que la baisse des dépenses publiques, supprimons aussi les impôts symboles, les impôts dogmatiques qui ne servent à rien sauf à décourager les investisseurs et les actionnaires, qu'ils soient français ou étranger. Supprimons l'ISF et supprimons la taxe à 75% sur les revenus », a déclaré le président du Medef lors de l'université d'été de l'organisation patronale qui s'est ouverte mercredi 29 août 2013, sur le campus d'HEC à Jouy-en-Josas dans les Yvelines.

Le gouvernement a au contraire adopté une réforme de l'ISF en 2013, consécutive à une surtaxe qui a conduit les redevables ce cet impôt sur le patrimoine à payer plus de 2 milliards d'euros à l'automne 2012. François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont ainsi gommé une grande partie des allègements d'ISF votés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.


Fiscalité « ubuesque » et « dramatique »

Pierre Gattaz a également dénoncé « des charges, des taxes et une complexité délirantes ». « Je taxe, je crée le dispositif fiscal, l'exception pour résoudre le problème de taxe, et j'invente la taxe qui va permettre de financer l'exception, a résumé le patron des patrons, également président de l'entreprise de taille intermédiaire (ETI) Radiall, qui est cotée en Bourse. Tout cela est ubuesque, tout cela est ridicule, tout cela est dramatique. »

En juin 2013, peu de temps avant son élection, Pierre Gattaz proposait la mise en place d'un abattement total sur l'ISF en contrepartie d'un investissement dans des PME. Actuellement, le dispositif ISF-PME permet de bénéficier d'une réduction d'ISF maximale de 50% dans la limite de 45.000 euros par an, dont 18.000 euros maximum via des FIP (fonds d'investissement de proximité) ou des FCPI (fonds communs de placement dans l'innovation).

L'ISF devrait rapporter environ 4 milliards d'euros à l'Etat en 2013.

 

articles les plus lus

RÉFORME MACRON DE L'ISF

Réseaux Sociaux